[review] Skullwinx - The Relic (2016)


 

Skullwinx - The Relic (2016)

Metalizer Records



Les allemands de Skullwinx ont sorti leur deuxième album The Relic via Metalizer Records. Si vous suivez notre blog vous pouvez lire ou relire la chronique du deuxième Ep du groupe (en réalité le réenregistrement du premier Ep avec un titre bonus) St George ici : http://metallifer.blogspot.fr/2014/10/skullwinx-relic-of-angel-st-george-ep.html Et aussi la chronique du premier album The Missions of Heracles ici : http://metallifer.blogspot.fr/2014/10/skullwinx-relic-of-angel-missions-of.html

D’abord il nous faut souligner des petits changements au niveau visuel : le groupe qui jusqu’ici se nommé Skullwinx - The Relic Of An Angel a décidé d’écourter son nom seulement en Skullwinx et de garder la partie The Relic pour titre de l’album. Et aussi les ailes du logo ont été redessinées. Petits changements de forme qui ne touchent pas l’essence du groupe. Si sur St George les textes étaient à caractère religieux et mythologique, si sur The Missions of Heracles il s’agissait d’un concept album consacré aux travaux d’Hercules, ici The Relic est à la fois un album à caractère historique et religieux.

L’album peut être divisé en deux parties : la première du 1er titre Siegfried jusqu’au septième Tryst of Destiny présente des titres historiques, consacré à des figures célèbres. Le dernier titre The Relic est un titre à part de par sa durée (10 minutes) et de par son contenu, une métaphore sur les temps modernes.

Parmi les figures historiques / mythologiques célèbres on trouve par exemple Siegfried, Attila, Arminius, Charlemagne, Beowulf. The Relic est plus complexe. Le groupe tisse une histoire, une relique appartenant à un ange a été retrouvée et elle se trouve à l’abri dans un monastère. Cette relique prouve de façon réelle l’existence de dieu. Une fois que la nouvelle est dévoilée, les peuples de la terre au lieu de prier et de louer dieu grâce à ce signe manifeste, ils s’engagent dans une lutte sans merci pour posséder la relique. Le texte religieux en soi est en même temps une lucide métaphore du monde actuel.

Musicalement Skullwinx fait du heavy metal teinté par moment de speed metal. Il suffit d’écouter Siegfried pour s’en apercevoir ou Attila The Hun. En même temps au lieu de garder le pied sur l’accélérateur le tempo général de l’album est le mid-tempo. Skullwinx prend le temps de planter le décor et de proposer une réelle dynamique et enchaînement à chaque titre. Que ce soit à coup de break ou des solos chaque titre est solide et grandit au fur et mesure que les écoutes s’enchaînent. Les solos de Lennart Hammerer sont toujours inspirés et aussi les riffs sont costauds en entraînants. Tout le groupe a mûri depuis le premier album que ce soit en phase rythmique à la guitare ou la basse – que l’on entend bien- ou la batterie. C’est surtout la voix de Johannes Haller qui a beaucoup progressé. On voit que sur The Relic sur tous les titres il s’investit à fond et pousse sa voix jusqu’aux derniers retranchements. Il s’investit dans chaque titre, il vit chaque titre. Je pense surtout à Tryst of Destiny ou à The Relic. The Relic est le titre le plus particulier de l’album. On a cité sa durée, son thème. Musicalement il y a des tempi et des atmosphères doom à la Candlemess et des moments carrément heavy metal. Néanmoins il reste sombre et obscure. De plus, grâce à ce titre, le groupe a une chanson à son nom comme dans la tradition des groupes des années ’80.


Skullwinx - the sign of fallen kings
Skullwinx - pain destruction it brings
Skullwinx - the sign of fallen kings
Skullwinx - when heaven plays their strings


Oui on peut trouver des échos de groupes comme Sparta, Running Wild, Iron Maiden (pour certaines accélérations), Grave Digger où même Accept. Il reste évident que Skullwinx a sa propre personnalité et son propre talent. Il ne réinvente pas un genre mais il a le mérite de sortir un album abouti et preneur que ce soit musicalement où pour les textes. 

Pour terminer, on vous conseille vraiment d’écouter cet album et même de l’acheter. C’est un petit bijou qui grandi écoute après écoute.

Score 10/10



Bandcamp
Facebook
Homepage
ReverbNation
SoundCloud
Twitter
YouTube

Official Merchandise

the postman has got a nice packcage

Skullwinx - The Relic (2016) - cover artwork by Theodora Dimitrova, Anton & Stanlislav Atanasov
Skullwinx - The Relic (2016) - cover artwork by Theodora Dimitrova, Anton & Stanlislav Atanasov

Skullwinx - The Relic (2016) - cd / tray card / booklet

Skullwinx - The Relic (2016) - cd / tray card

Skullwinx - The Relic (2016) -8 pages booklet with lyrics / photos

Skullwinx - The Relic (2016) -tray card / cd / booklet
 
5 Metallifer Blog: [review] Skullwinx - The Relic (2016)   Skullwinx - The Relic (2016) Metalizer Records Les allemands de Skullwinx ont sorti leur deuxième album The Relic via ...

No comments:

Post a Comment

< >