[review] Manzer - Pictavian Chronicles - Volume 1 (2015)

Manzer - Pictavian Chronicles - Volume 1 (2015)
Armée de la Mort Records


Avant de chroniquer cet album de Manzer je voudrais faire deux considérations. Si vous êtes intéressés, continuez la lecture, sinon vous pouvez survoler et aller tout de suite à la chronique plus bas.

D’abord, je craqué pour Manzer. Ceci ne m’était pas arrivé depuis longtemps. J’ai grandi avec les classiques du heavy metal et récemment les groupes qui m’ont particulièrement plu ont été Netra (découvert en 2013), Catharsis (découvert en 2014) et Warbell (découvert en 2015). J’ai écouté et réécouté ces albums jusqu’à la corde. Ensuite Manzer en ce 2017 et avec à la clé aussi sa performance le 1er avril à Lyon au CCO dans le cadre du Lead Us To Hell qui a réuni Deathhammer + Deathroned + Goatspell + Hexecutor + Iron Slaught + Manzer + Mortal Scepter + Nuclear Abomination + Sepulchral Voices. C’était un plaisir de voir que le Lead Us To Hell a réuni le public du coin et aussi de Grenoble et de Paris. Preuve que ces groupes underground ont un solide fan base.

Deuxièmement Pictavian Chronicles - Volume 1 est sorti en 2015, c'est-à-dire deux ans après le premier album de Manzer nommé Light of the Wreckers. Ça aurait été plus logique commencer ma chronique par Light of the Wreckers mais Pictavian Chronicles - Volume 1 réunit ce que le groupe a fait jusqu’en 2013.

Manzer est un groupe originaire du Poitou-Charentes et actif depuis 2008. Il tire son nom de Ebles Manzer c'est-à-dire Ebles le Bâtard, parce qu’il était un fils illégitime, qui a été compte de Poitiers entre le IXème et le Xème siècle. Et c’est très intéressant de noter que la figure d’Ebles Manzer a inspiré d’un côté le nom du groupe « Manzer » et de l’autre le nom de la mascotte du groupe – qui se trouve sur toutes les pochettes – l’âne appelé « Ebles ». Manzer fait d’une pierre deux coup : d’abord là où une pléthore de groupes black metal utilise comme iconographie le bouc, Manzer brouille les cartes en adoptant un âne ; ensuite il rend hommage à la race très ancienne dite Âne du Poitou (ou baudet du Poitou). Cet âne est bien reconnaissable grâce à ses longs poils épais. C’est un âne métalleux puisque il a les cheveux longs.

Manzer fait du « pictavian black metal ». Et il le fait très bien. On pourrait s’arrêter ici. On développe un peu quand même.

Pictavian : 


Pictavian puisque le groupe s’inspire et est très attaché à sa région le Poitou. Le Poitou était une province française qui réunissait les actuels départements de la Vendée (Bas-Poitou), Deux-Sèvres et de la Vienne (Haut-Poitou) ainsi que le nord de la Charente et une partie de l'ouest de la Haute-Vienne, dont la capitale était Poitiers. Cette région était habitée en époque celtique par les Pictones (Pictons ou Pictaves ou Pictes). A l’époque de la conquête romaine la Gaule a été divisée en plusieurs parties et les Pictones faisaient partie de l’Aquitania. Cet intérêt vers ses racines on le trouve aussi dans le fait que dans chaque album studio, Manzer propose un titre chanté en « Parlanjhe » c'est-à-dire en poitevin-saintongeais qui est la langue régionale parlée dans le centre-ouest de la France. La dernière page du livret montre le trio formé par Shaxul (drums, vocals), Fëarann (bass, backing vocals) et Xavier (guitar) et derrière eux, sur le fond, trône le drapeau du Poitou-Charentes.

Black metal : 


Black metal puisque le groupe joue du black metal tout court. Loin de ce que le black metal devient aujourd’hui avec ses courants comme atmospheric, nsbm, rabm, dsbm, ou shoegaze ou que sais-je. Ici les références sont Venom, Motörhead, Iron Maiden, Abigail et Mercyful Fate. En effet Manzer garde une forte originalité et personnalité. Les titres ont une forte approche à la Venom et Motörhead pour le son rock and roll et ces titres sont mis en valeur aussi par des solos de guitare à la Iron Maiden. On ne peut que remarquer aussi un écho avec le punk surtout avec son attitude de critique et de dérision sociale. Manzer s’est approprié de tout cela et le propose par le biais de son interprétation. Manzer est direct, implacable, sincère. Dans tous ses titres il y a un goût pour l’extrême et l’habilité de sortir le bon riff, celui qui reste dans la tête et ne sortira plus. Celui qui va faire saigner les oreilles. Un autre point de force est le son. Certes, la production est « raw », mais le fait d’évoluer à trois permet d’entendre à la perfection la basse, la guitare et la batterie (et la voix évidement). On apprécie énormément les lignes de basse qui se fondent avec la batterie et se présentent comme un rouleau compresseur infernal. La guitare – comme dit – exécute des riffs très solides et superbes et en phase soliste est toujours acéré et mélodique. Le chant est puissant et on ne peut que rendre hommage à Shaxul qui est à la fois chanteur et batteur. Il doit y avoir d’autres batteur / chanteur mais le seul qui me vienne à l’esprit est Mike Browning de Nocturnus qui à l’époque m’avait captivé.

Pour terminer Pictavian Chronicles - Volume 1 est une voix d’accès « royale » pour rentrer dans l’univers de Manzer. Une fois rentrée vous ne ressortirez plus.

Score 10/10

listen to and buy the album : https://legionofdeathrecords.bandcamp.com/album/pictavian-chronicles-volume-1
label Armée de la Mort Records : http://www.legionofdeathrecords.com/fr/








Détails de l’album Pictavian Chronicles - Volume 1 :
Cet album est une pépite par rapport au fond et à la forme. La forme est celle d’une compilation complète qui grâce au livret présente les artworks des albums réunis ainsi que les textes et des photos. Le fond parce que cet album est ainsi formé :

Pictavian Chronicles - Volume 1 (tracklist)

Pictavian Bastards – demo
1. Hell Zheimer
2. Pictavian Bastards
3. Scatological Eschatology
4. Tarze a crvàe
5. Acid Queen (Venom)

Pictavian Samurais – split with Abigail
6. Chétie Jhenope
7. Prowler from Hell

Pictavian Kara Metal – split with Godslaying Hellblast
8. Tuour de Draules
9. Fiendish Detestation

Orgy and Profanity (EP)
10. Analcoholic Rage
11. The Metal Side
12. Demoure enfrnàu
13. Satanatheist

Pictavian Demonslaught – split with Sabbat
14. Rite of the Beast
15. Jharni

Cover songs
16. Attack with Spell (Abigail)
17. Ace of Spades (Motörhead)
18. Come to the Sabbath (Mercyful Fate)

Live in Rennes - live songs recorded in 2011, never published before
19. Scatological Eschatology (Live in Rennes)
20. Chétie Jhenope (Live in Rennes)
21. Satanatheist (Live in Rennes)


The "Pictavian bastards" present the first part of their discography. It features the following studio releases, now very rare : "Pictavian Bastards" demo, split 7"EP with ABIGAIL, split 7"EP with GODSLAYING HELLBLAST, "Orgy and Profanity" 7"EP, split 7"EP with SABBAT, 3 cover songs from compilations (ABIGAIL, MOTÖRHEAD, MERCYFUL FATE). To complete the 78 minutes of this CD, there are 3 live songs recorded in 2011, never published before. Some songs have been written in Pictavian language (called Parlanjhe). For maniaks of the ancient Black Metal style, with doses of Heavy Metal and Rock'n'Roll! The 16 pages booklet shows the original covers, lyrics and pictures. Artwork by Sickness 666.
https://legionofdeathrecords.bandcamp.com/album/pictavian-chronicles-volume-1
5 Metallifer Blog: [review] Manzer - Pictavian Chronicles - Volume 1 (2015) Manzer - Pictavian Chronicles - Volume 1 (2015) Armée de la Mort Records Avant de chroniquer cet album de Manzer je voudrais faire ...

No comments:

Post a Comment

< >