[interview] Autokrator - interview avec Loic F (2018)



Autokrator - interview avec Loic F


Le nouvel album d'Autokrator se nomme Hammer of the Heretics et sortira le 10 avril prochain via Krucyator Productions. Nous avons eu la possibilité de faire le point avec Loic F, le mastermind d'Autokrator. Bonne lecture !

Salut Loic et merci beaucoup du temps que tu peux nous consacrer. On est très content de pouvoir discuter avec toi et ceci est notre troisième interview, une par album d'Autokrator. J'imagine que puisque le nouvel album Hammer of the Heretics est prévu pour le 10 avril, tu dois être en pleine promotion. Comment vas-tu, d'abord ?

Salut, tout va bien, et encore merci pour ton intérêt pour AUTOKRATOR,  ravi qu'on se retrouve une fois de plus pour une interview. Les interviews en français sont en plus assez rares. En effet nous sommes en pleine promotion. Ce n'est pas si prenant que ça en tant que groupe, c'est plutôt au niveau label que c'est chargé, surtout que trois productions sortent en même temps sur KRUCYATOR PRODUCTIONS :

-AUTOKRATOR "Hammer of the Heretics"
-PROFANE ORDER "Tightened Noose of Sanctimony" (War Metal/Canada/CD)
-DRAWN AND QUARTERED "Hail Infernal Darkness" (Death Metal/USA/12"LP)

Niveau promotion, pour toutes les productions du label, je suis épaulé par Zoheb de QABAR PR qui fait un travail incroyable.

Par rapport aux deux albums précédents Hammer of the Heretics présente un lot de nouveautés et de continuité. La continuité est assurée par la patte "Autokrator" que l'on reconnaît tout de suite et par le fait que toi même, comme d'habitude, tu t'es chargé des textes et de la musique. Ensuite tu joue de la guitare et on retrouve à la voix DB c'est à dire David Bailey (Astral Oceans). Tout le reste a changé. L'artwork qui avait été assuré par Nestor Avalos cette fois a été réalisé par toi. La taille du cd et les couleurs ont changées. Le cd se présente en format A5 et en rouge et noir au lieu du noir et blanc habituel, même si pour le premier album homonyme, l'édition limité de Godz Ov War ‎/ Third Eye Temple ‎se présentait dans un case rouge. Du coup la pochette - par le biais du rouge - apparaissait en rouge et noir. Côté changement on trouve la présence d'un nouveau batteur (recruté comme session-man) Kévin Paradis. Et encore il ne faut pas oublier que pour la première fois Hammer of the Heretics est publié par Krucyator Productions ton propre label et du coup d'un côté il n'y a plus de co-release mais tu as le plein contrôle de la situation. Ça fait beaucoup de choses. Est-ce que tu as envie de nous en parler ?

L'album est dans la continuité de ce que nous avons fait dans le passé, du AUTOKRATOR pur et dur, mais nous avons une fois de plus essayé d'améliorer le rendu. Pour cet album, comme nous voulions le meilleur résultat possible, il nous fallait le meilleur batteur possible. Nous avons donc fait appel à KEVIN PARADIS, un des meilleurs batteurs au monde en métal extrême, une référence. Il a délivré une performance hors norme, sans retouche ni artifice, ce qui est incroyable à cette vitesse de jeu. Surtout que les chansons du nouvel album sont assez longues. Sa variété dans le jeu pour ce style de musique est elle aussi incroyable, de plus c’est un musicien très professionnel et cool.

Sinon le reste du line up et la manière d'opérer sont restées les mêmes. Quand au format du CD, on voulait évoluer la aussi et proposer quelque chose d'attrayant et de différent. Le premier album était un jewel case coloré, le deuxième un digipack finition matte, cette fois ci il s'agit d'un digipack format A5 (DVD). Quant au visuel, nous étions satisfait du travail de NESTOR AVALOS, mais je suis tombé en extase devant les photographies d'ELENA SAMKO, qui  est une artiste russe spécialisée dans le cosplay. Après qu'elle nous a donné l'autorisation pour utiliser ses designs, je me suis chargé de l’adaptation et de l'effet "sanglant". Quand au label, c'est la première fois que KRUCYATOR PRODUCTIONS produit le CD  à 100%. Comme le label s'est bien développé, j'avais la liberté de pouvoir prendre en charge la production CD à 100%, donc la liberté est totale.



C’est vrai que la prestation de KEVIN PARADIS est magnifique sur cet album. Il peut rivaliser aisément avec une drum machine ! Et en plus sa réputation n’est pas à faire ! Je trouve que ta formule « essayer d’améliorer le rendu » résume bien ce que j’entendais pour un album entre continuité et évolution. Normalement avant d’enregistrer tu as toujours une idée bien précise du rendu final et tu fais toujours en sorte que l’album corresponde au millimètre près à ce que tu avais en tête. Quelle était ton idée pour ce troisième opus ? Quelle direction tu voulais entreprendre ?

Oui j'ai toujours une idée précise de ce que je veux, c'est cette vision, cette idée  qui fait que je met au travail. Je ne m'assoie pas en attendant que les idées viennent.
Pour cet album, je voulais garder le son caractéristique d'AUTOKRATOR, et le rendre plus corrosif et plus précis. Pour la batterie, je voulais également un son plus "rentre dedans", plus naturel et très peu retravaillé, un peu comme sur "Black Force Domain" de KRISIUN
Ça a pris du temps, des centaines de mixes et masterings différents, pour finalement arriver au résultat souhaité.

De mon côté je trouve que Hammer of the Heretics a une approche encore plus chirurgicale que ses prédécesseurs et un aspect plus direct. Je m’explique. Autokrator était composé en huit actes comme si on assistait à une pièce de théâtre (tragique) consacré à huit sombres figures de l’époque romaine. The Obedience to Authority était formé par huit chapitres avec une structure sous-jacente très travaillée ainsi faite :

1 titre brutal / 2 titre heavy / 3 interlude instrumental

4 titre brutal / 5 titre heavy / 6 interlude instrumental

7 titre final heavy / 8 drone - industrial - outro

Hammer of the Heretics  est plus sobre puisque d’un côté on trouve cinq titres (pas d’actes ou chapitres) mais ancrés dans une structure plus « light » : titre long / titre très long / titre très court / titre très long / titre long On peut penser à ce qu’en poésie on appelle un chiasme c'est-à-dire un croisement où le pivot est donné par le titre central « Interlude » qui se caractérise par le sample d’un film. Est-ce que ce que je dis a un sens, ou je me fourvoie ?

Tu as vu juste. L'album est articulé ainsi, deux titres / un interlude / deux titres.
La longueur des titres n'entre pas en jeu par contre. La structure de l'album est plus légère, car nous voulions moins de titres, mais des titres plus longs. En effet, c'est le seul album ou au niveau composition, il y a autant de breaks et de changements de tempos. Les albums précédents  avaient des chansons aux structures assez simples,  avec le même tempo tout le long. Par soucis d'innovation, de changement, de variation, je voulais des chansons aux structures plus complexes.



Le titre Hammer of the Heretics et son artwork et layout me font penser au livre Malleus Maleficarum (« Marteau des sorcières »), écrit par les dominicains allemands Heinrich Kramer et Jacob Sprenger et publié en 1487. Ce traité a été (pour faire très simple) le manuel des inquisiteurs. Le titre Inquisitio-Denunciatio-Exceptio va aussi clairement dans ce sens puisque il reprend des termes du droit canonique qui étaient – dans cette formule – utilisés par l’Inquisition. Peux-tu nous en dire plus ?

Hammer of the Heretics est le surnom de Tomas de Torquemada, célèbre inquisiteur espagnol. Le titre Inquisitio-Denunciatio-Exceptio est en effet relatif à la procédure inquisitoire, les paroles sont tirées d'extraits d'interrogatoires de l'époque qui ont été retranscrits.

Quels sont les extraits qui apparaissent dans l’album ?

Les dialogues de l'Interlude sont tirées d'un extrait de la série Inquistio, l'orchestration et les effets sont de notre propre arrangement.

Lors de tes précédents travaux avec N.K.V.D et Autokrator, tu as évoqué certains aspects sombres de l'être humain, au travers de personnages politiques, de tout genre, de tout bord et de toute époque. Les communistes, les nazis, les islamistes, les empereurs romains, les collabos, l'ex Yougoslavie, tu n’as épargné personne. Sur le deuxième album d’AUTOKRATOR The Obedience to Authority tu t’es intéressé à l'aspect psychologique, le pourquoi du comment les hommes se font manipuler par leurs bourreaux. Ce nouvel album Hammer of the Heretics prend son titre du surnom de Tomas de Torquemada, célèbre inquisiteur espagnol. Qu’est ce que t’as interpellé cette fois dans la figure de cet inquisiteur ?

Seule la chanson " Hammer of the Heretics" traite de Torquemada. On a donné le titre à l'album, tout simplement parce que ça sonnait plutôt bien. Concernant les autres thèmes traités, "Against Flesh and Blood" parle du devoir des Chrétiens pendant la guerre sainte, les paroles sont tirées entre autre du passage de la bible,  Ephesiens 6:12 et "Le Sang Impur" est une adaptation de la Marseillaise. Ça  faisait très longtemps que je voulais reprendre la Marseillaise, depuis le début de N.K.V.D déjà, mais je n'ai jamais été satisfait du rendu... cette fois ci, oui.
Concernant Torquemada, c'était un personnage dont le nom est synonyme d''horreur, de cruauté et de fanatisme religieux. Il aurait été responsable de 25000 exécutions. Un personnage rude, un acharné du travail, qui se contentait d'une planche pour dormir pour l'anecdote. Certains historiens disent que finalement sa biographie tiendrai plus du fantasme que de la réalité...


Musicalement cet album révèle des structures plus complexes que les autres. Si mes sources sont bonnes, dans le passé, au niveau du mixage, Autokrator c'est 8 pistes de guitares, 6 pistes de basses dont 4 avec distorsion et 2 claires, 5 pistes d'orchestration, plus les pistes de batterie et de chants. L'orchestration suit les lignes de guitares, les renforce et sont mixées de manière à soutenir les guitares et basses sans qu'on ne puisse les discerner clairement dans le mix. Est-ce que c’est le cas encore cette fois ?

Je  n'ai pas utilisé de pistes d'orchestration sur "Hammer of the Heretics". Sur l'album il y a 22 pistes de batteries, 20 de guitares, 6 de basses, 6 de vocaux.



En 2015 tu as créé ton label Krucyator Productions avec comme but premier de sortir tes productions, d'être indépendant et surtout de pouvoir t’autofinancer. On constate que c’est un pari réussi dans la mesure où aujourd’hui Hammer of the Heretics sort pour ton label et pas comme co-release, que tu as pu publier en 2016 Totalitarian Industrial Oppression, une compilation de N.K.V.D. qui réunit l’Ep Diktatura (2007) et l’album Vlast (2011). Et en même temps ton catalogue  s’enrichir de plus en plus avec des groupes comme Miserist, Drawn and Quartered, Profane Order juste pour en citer quelques uns. Est-ce que tu penses, comme moi que c’est un pari réussi ? Et quels sont tes projets futures par rapport au label ?

Exact,  j'ai crée KRUCYATOR PRODUCTIONS pour les raisons que tu as évoqué. Comme tu dois le savoir, en 2015, un titre de N.K.V.D "Hakmarrja" (seulement quelques secondes) a été utilisé pour le film "The Blair Witch Project". J'ai donc touché des royalties pour cela, que j'ai investi dans le label. L'expérience est très positive, ça me permet de pouvoir travailler avec des groupes que j'admire, et cela me permet d'être totalement indépendant pour mes projets. Concernant le futur de KRUCYATOR PRODUCTIONS, il y a le nouvel album de DRAWN AND QUARTERED "The One Who Lurks" qui va paraître dans le courant de l'année, ainsi que l'édition CD de leur compilation "Plague Bearer".

Ces derniers temps tu t’es investis pour mixer et masteriser plusieurs albums de groupes (autres que les tiens) comme Caostruppen, Cryptic Scream, Djevelsang, Mausoleum of Death, Taphos Nomos, Tiil Sum. Comment juges-tu cette expérience ?

L'expérience est très bonne, cela me permet de voir autre chose que  mes projets et de progresser dans le mix et le mastering. C'est surtout des coups de main que je file. Je m'occupe également du mix et mastering du nouveau DRAWN AND QUARTERED.

A chaque fois que tu as terminé un album d’Autokrator, tu as déjà une idée pour la suite. Est-ce que c’est le cas et est-ce que tu peux déjà nous dévoiler quelque chose ?

Joker :-)

Cette interview touche à sa fin… je te remercie énormément pour ta disponibilité et ta gentillesse. A toi le mot de la fin !


Merci encore une fois pour ton intéret pour mes projets.
"Hammer of the Heretics" sort donc le 10 Avril, un deuxième extrait devrait être diffusé au milieu de moi de mars. L'album, ainsi que les autres productions de KRUCYATOR sont disponibles ici :

chronique de Hammer of the Heretics : https://metallifer.blogspot.fr/2018/03/review-autokrator-hammer-of-heretics.html




Commentaires