[review] From The Shores - Of Apathy (2016)



From The Shores - Of Apathy (2016)

Metal Scrap Records


From The Shores est un groupe de death metal italien formé en 2008. En réalité le groupe évoluait déjà en 2005 mais avec un style très différent. Le groupe a publié en 2008 l’Ep Until My Last Breath qui lui a permis de se faire connaître et de tourner en Italie avec Fueled By Fire, Castle, I Set My Friends On Fire, Fleshgod Apocalypse, The Secret, Amia  Venera Landscape, The Walking Dead Orchestra, Solid Vision pour en citer quelques-uns.

Until My Last Breath était un bon ep mais on ne voyait pas très bien la direction musicale que le groupe voulait entreprendre. Ensuite From The Shores a sorti une promo en 2011 avec les titres Lack of Light et Incest of Thoughts qui étaient très bon. Une activité live a suivi cette fois encore en Italie et à l’étranger.

Du coup on peut dire que From The Shores renaît en 2014 avec la nouvelle formation qui voit parmi ses membres au chant : Luca Cassone, guitare Leonardo Manente, basse e chant Nicolò ‘Theo’ Del Zotto, guitare Giorgio Dorigo,   batterie : Nicolò Sambo. Avec ce nouveau line up From The Shores réalise son premier album qui se nomme Of Apathy et qui est sorti via le label ukrainien Metal Scrap Records. De plus le groupe est en tournée européenne depuis décembre 2016 comme support à Six Feet Under.

This Ain't Another Feast for Crows ouvre les danses de façon instrumentale et fait de pont avec Heaven's Dark Harbinger. Le tout est direct, in your face. Un death metal ravageur et sauvage. Il y a une certaine mélodie mais léchée et légère. Le grunt est bien placé, profond, grave mais on arrive à bien suivre les paroles. Les solos aussi sont courts mais incisifs. En effet From The Shores est un groupe avec une très haute technique et les titres sont bien élaborés. On ne peut parler de death metal technique juste pour la longueur des titres qui tournent autour de trois minutes maximum. On peut dire que ce côté technique est mis au service d’une urgence, celle d’être le plus direct et sobre possible. 

The Constellation Thirst est peut-être un titre un peu à la Dark Tranquillity mais ceux de la vielle école de Skydancer ou de The Gallery. Les textes sont imagés et laissent possibles plusieurs interprétations. Le solo est encore une fois parfait et conjugue de façon sublime mélodie et technique. A partir de To Rest in Arms of Perfection on a un élément nouveau que l’on retrouvera par la suite, c'est-à-dire un clin d’œil au metalcore. Juste une touche minimaliste qui consiste en un break très bas où le ‘tuning’ du titre est abaissé d’un cran. Cette touche de ‘accordage plus bas’ pointe ici et là même sur les titres qui suivent et donne une profondeur énorme aux titres.

Incest of the Wretched est mon titre préféré car il recèle un solo phénoménal qui se balade sur une rythmique mélancolique subtile. Là aussi côté musique on a des petites mélodies créées par la rythmique mais aussi par moments par la voix et ceci est très subtil et bien exécuté. Le titre se termine par un coup de tonnerre et un outre acoustique. 

Primal continue dans cette veine de massacre (toujours avec un super solo de guitare tout en « tapping » cette fois) et il faut attendre Opus XIII qui est un titre instrumental qui permet de souffler avant de reprendre une claque en vue du triptyque final. 

Hourglass est l’autre mon titre préféré. Il est simplement parfait à mes oreilles : direct, extrême, accrocheur, mélodique mais pas trop, avec un côté mélancolique et désespéré. Que du bon. Il me rappelle le titre Scythe, Rage and Roses de Dark Tranquillity, un autre titre que je ne me laisse pas d’écouter. Hourglass présente aussi un écho avec le titre Under A Serpent Sun d’At The Gates. En plus le songwriting est très inspiré.

I, the Firebreather ne change pas tout le bien que l’on a dit jusqu’ici, toujours dans un death metal direct et puissant. Weakness of the Flesh peint de façon imagée une condition humaine au bord du gouffre :


We live for nothing, we die for nothing

We’ll burn together upon a pyre

We live for nothing, we die for nothing

We built this bridge and let it burn


Où on voit par la dernière phrase que l’homme est l’auteur de sa propre chute : nous avons bâti ce pont et nous l’avons laissé brûler. Weakness of the Flesh est encore un titre rapide qui se termine avec un blanc, un silence très long avant de présenter en guise de « bonus track » une sorte d’orchestration.

From The Shores réalise avec Of Apathy un premier album studio magnifique. On voit que le groupe a beaucoup d’expérience pour réaliser un album si puissant et travaillé que ce soit par les textes que par la musique. Une autre particularité du groupe est celle d’avoir deux chanteurs qui s’alternent souvent. La voix principale est grunt, très basse et sombre et c’est celle de Luca Cassone. Ensuite sur plusieurs morceaux on trouve aussi la voix de Nicolo’ Theo’ Del Zotto. C’est une voix toujours grunt mais moins caverneuse que celle de Luca. On n’est pas dans le metalcore où on a une voix grunt pour les couplets et une voix claire pour les refrains. Loin de là. Les deux voix extrêmes chantent et s’alternent pendant plusieurs chansons tout en laissant à la voix de Luca le rôle principal.

Etant donné l’artwork (œuvre de Timur Khabirow), les titres et la prestation du groupe, on peut dire que From The Shores propose avec Of Apathy un très bon album de death metal. A écouter et à se procurer d’urgence.

Score 10/10



BUY CD - bit.ly/2eMAIEJ

Facebook
Last.fm
Myspace
PureVolume
ReverbNation



From The Shores - Of Apathy (2016) / artwork by Timur Khabirow


From The Shores - Of Apathy (2016) / artwork by Timur Khabirow



From The Shores - Of Apathy (2016) / cd + tray card + booklet


From The Shores - Of Apathy (2016) / cd + tray card + booklet

From The Shores - Of Apathy (2016) / booklet
Similitude : From The Shores - Of Apathy (2016) / Le jeu de rôle Il richiamo di Cthulu, Stratelibre éditeur 1993







                             


No comments:

Post a Comment