[review] +MROME+ - Noetic Collision on the Roof of Hell (2016)



 

+MROME+ - Noetic Collision on the Roof of Hell (2016, self-released)



J’ai été contacté par KeyV (vocals and guitars) de +MROME+ pour une chronique de leur album Noetic Collision on the Roof of Hell et je suis tout de suite allé écouter des extraits pour voir de quoi il s’agit. En effet il faut juste savoir que je reçois en moyenne 5 / 7 demande par jour pour chroniquer un album en format digital. Évidement je ne peux pas tout faire et je tri les requêtes. Tout ce qui est numérique finira sur ma fanzine et actuellement le numéro 2 est en préparation. Parfois des groupes et des labels me proposent de chroniquer un album en format physique et c’est aussi le but de ce blog : c'est-à-dire de mettre en valeur les formats physiques afin que les fans achètent ce support. Il ne s’agit pas d’une guerre entre digital / numérique mais de feeling. Je préfère un objet parce que je pense qu’il résume le travail de l’artiste, le support, les textes et la musique évidement. Il doit y avoir aussi un côté fétichiste. Ceci dit, même si on me propose un format physique, ceci n’est pas systématiquement chroniqué puisque il faut que j’aie quelque chose à dire et je suis loin de connaître tous les genres de metal.

Ceci dit, une fois écouté sur bandcamp Noetic Collision on the Roof of Hell je me suis dit “oui, c’est du bon, du très bon”. Et alors voici les impressions. +MROME+ est un groupe metal polonais composé par Key V - vocals, guitars et P – drums. Il a été actif à partir de 1995 mais ensuite il s’est enlisé. A partir de 2009 +MROME+ est reparti à l’attaque et a sorti en juillet 2016 la compilation The Basement Sophisma (demos 1997​-​1999) et en août 2016 son premier album Noetic Collision on the Roof of Hell.
Le duo a une démarche black metal puisque la musique est produite dans leur studio dans l’isolement le plus total, à l’écart de la scène actuelle et il n’y a aucune intention de se produire sur scène.

+MROME+ a juste une page Bandcamp sans aucun commentaire ni information. SEULE LA MUSIQUE COMPTE, d’où aussi l’utilisation de pseudonymes. Alors les informations, il faut les chercher. D’abord le nom +MROME+ comment se prononce-t-il ? On pourrait penser à un W de victoire renversé et donc une critique à la ville de Rome, la ville pour indiquer le Vatican. On voit sur la pochette un poisson en train de précipiter  sur la terre et on comprend que sa destination finale sera le Vatican. Ce poisson / missile est une inversion du symbole de Jésus. Les premiers chrétiens qui se réunissaient en secret pour se soustraire aux persécutions romaines communiquaient par symboles pour se reconnaître entre eux et pour connaître les lieux sûrs. L’un des symboles que l’on connaît encore aujourd’hui est le poisson puisque en grec ancien on dit Ἰχθύς et ses initiales composent la phrase : « ησοῦς Χριστός Θεoῦ Υιός Σωτήρ (Iesùs CHristòs THeù HYiòs Sotèr) » que l’on peut traduire par « Jésus-Christ fils de Dieu, sauveur ». Si on tourne la pochette on voit clairement la transformation poisson / bombe. C’est une métaphore qui se prête à plusieurs signification de comment la figure de Jésus a pu changer où à ne pas être comprise à tel point que celle-ci va détruire son héritage même.

« ησοῦς Χριστός Θεoῦ Υιός Σωτήρ (Iesùs CHristòs THeù HYiòs Sotèr) »

Musicalement +MROME+ fait du metal ‘dark’ old-school avec des influences industrial, new wave et de musique minimaliste. Il y un sens très développé pour le groove. Les titres sont directs, immédiats et accrocheurs. La cover du titre How The Gods Kill tiré de l’album de Danzing en est une preuve. Si Danzing a un côté Dark Wave à la Nick Cave, +MROME+ utilise ce titre pour le changer. Le côté sombre et torturé est toujours présent mais encore plus sombre, noir et puissant.
On pourrait instaurer un parallèle entre +MROME+ et Ghost. On a deux groupes qui se cachent derrière un alter-ego / pseudonyme, qui critiquent Rome, le pape, le Vatican et qui ont des riffs accrocheurs et plutôt orientés hard-rock. Ce parallèle s’arrête là parce que +MROME+ utilise quand même un son plus lourd, plus metal, avec une critique plus directe et corrosive surtout dans ses métaphores et allégories.

Tout l’album est très intéressant. Je veux juste souligner le titre Migration Cult pour son côté groove entraînant et sombre qui est une vrai réussite. Le titre aussi How The Gods Kill est une très belle cover qui redonne une certaine jeunesse au titre original de Glenn Danzing. Ensuite Magister Figurae Morte présente un piano ici et là pour donner plus de texture et avec un jeu de guitare rythmique plutôt complexe. Et encore il faut souligner The Arsonist qui se présente avec un côté black metal appuyé et une rythmique hypnotique.

Pour terminer on peut dire que +MROME+ avec Noetic Collision on the Roof of Hell signe un très bon premier album qui est direct, sombre et vraiment accrocheur.

Score 9/10


Key V - vocals, guitars
P - drums

+MROME+ - Noetic Collision on the Roof of Hell (2016, self-released)

+MROME+ - Noetic Collision on the Roof of Hell (2016, self-released), CD et livret

+MROME+ - Noetic Collision on the Roof of Hell (2016, self-released), CD et livret avec textes / with lyrics

+MROME+ - Noetic Collision on the Roof of Hell (2016, self-released), back


No comments:

Post a Comment