[review] Antonio Pantano – Arcandia (2014) [french]



Antonio Pantano – Arcandia (2014)



S’il fallait résumer avec une formule le premier album de Antonio Pantano qui se nomme Arcandia on pourrait dire qu’il est « un petit bijou ». En effet à force de chroniquer des albums qui sortent ou de poster de news de groupes qui se proposent les uns plus innovants que les autres, un certaine routine s’installe. Avec Arcandia, Antonio signe un album instrumental qui sort des chemins battus et qui vous prends aux tripes.

Le concept


A la base d’Arcandia il y a un concept. Antonio Pantanto a acheté il y a deux ans le livre Le Trône de Fer (A Song of Ice and Fire) de l’écrivain George R. R. Martin. Il ne savais pas à l’époque que HBO avait tiré une série télé depuis ce livre. Il a eu le sentiment qu’il lui fallait une bande son pendant la lecture pour transmettre et mettre en abîmes ses émotions. C’est ainsi qu’il s’est mit à écrire sa bande son. Cet album est le résultat de cette passion. Antonio a composé, produit et mixé Arcandia. Il s’est occupé de tous les instruments ainsi que de l’histoire. De plus il a imaginé la cover, le layout, il a dessiné aussi la carte d’Arcandia et il en assure la promotion. On peut facilement imaginer l’investissement que tout ce projet lui a couté. Au final Arcandia se présente comme digipack que l’on ouvre comme un livre et comme une bande son fantasy à la croisée de l’univers de George R. R. Martin et de jeux vidéos comme Skyrim ou Warcraft.

L’histoire


A coté donc du concept d’un cd qui puisse offrir une expérience approfondi comme celle de regarder un film, de lire un livre ou de jouer un jeu vidéo il y a un autre concept : celui d’une histoire qui se déroule dans le monde d’Arcandia. Pour donner encore plus de la profondeur à son ensemble Arcandia se présente comme album instrumentale où l'on trouve ici et là une voix off qui relate et fait le lien entre les événements. Cette voix est celle de Peter Baker de la BBC. En plus les voix de personnages sont faites par Antonio Pantano. L’histoire, sans trop en révéler puisque l’on vous suggère d’acheter l’album, est celle des habitants des summer lands qui décident de découvrir et d’explorer de nouvelles terres et en traversant la mer d’Orania débarquent dans la frozen land. Ici ils rencontrent d’autres gens et des créatures tels que les trolls, les elfes et les redoutables Unskinned. Sortiront-ils indemnes de tous ces rencontres ? Quel sera le destin des summer lands ? La grande habilité d’Antonio est celle d’avoir écrit une histoire qui se lit à coup de flashback et de flashforward. Il n’y pas de linéarité directe mais c’est au lecteur de la trouver. Une fois que l’album a été écouté et les textes lus, le tableau apparait complet.

La musique


Dans l’interview que voustrouverez sur ce blog, Antonio Pantano assume ses références musicales  c'est-à-dire Rhapsody Of Fire et Queen. Il est évident que le son et la mouture de plusieurs titres est à rechercher dans le jeu de Luca Turilli et dans les albums sortis sous le nom de Rhapsody et Rhapsody Of Fire. Il nous semble surtout de trouver un lien avec l’album Legendary Tales.  De plus l’idée de lier musique et voix off que Rhapsody a utilisée depuis le recrutement de Christopher Lee a trouvée sa filiation sur Arcandia. Il faut retenir que l’utilisation de la voix off sur Arcandia donne vraiment de la profondeur à l’ensemble sans jamais en faire trop, chose qu’à mon humble avis, Rhapsody n’arrive pas à faire toujours. Musicalement j’irai même plus loin en affirmant que sur les longs titres comme Majestic Wind of the Northlands ou Escape from the Frost (Across the Crystal Lake) si le mélange des orchestrations peut faire penser à Rhapsody et le goût pour certains arrangement à Queen il me semble de trouver aussi un clin d’œil dans le jeu de la guitare à Joe Satriani et à son album Surfing With The Alien. Il y a aussi un écho de deux albums d’abord le Journey To The Centre Of The Earth de Rick Wakeman (sorti en 1974 et réédité en 2014) et Last Days Of Utopia du groupe Domain. 



L’album de Rick Wakeman est une mise en musique du livre de Jules Verne, Voyage au centre de la Terre. Sur les 27 titres qui composent l’album, 12 sont des parties en voix off qui résument l’œuvre de Verne, d’autres sont instrumentaux et d’autres ce sont de vraies et propres chansons. Le tout est rehaussé par un coté symphonique et chorale assuré par l’Orion Orchestra List Abbey et l’English Chamber Choir. L’œuvre d’Antonio Pantano va plus loin car dans Arcandia il y a le juste équilibre entre voix off et musique et en plus il explore un monde imaginaire créé de toute pièce au lieu de réinterpréter un texte littéraire existant.

L’autre écho que l’on trouve se situe dans l’album Last Days Of Utopia. Il s’agit d’un concept album d’un jeune homme qui pour soif d’aventure embarque à la recherche de nouveaux mondes. Après un naufrage, le jeune homme est le seul rescapé et se trouve sur une île où règne le bonheur absolu. La capitale de cette île paradisiaque est Utopia. Ici le jeune trouve l’amour de sa vie jusqu’à quand les habitants des l’île commencent à tourner le dos aux dieux d’Utopia. Le jeune homme avec ses histoires sur son monde à lui a attisé le cœur des hommes qui désirent de plus en plus de quitter leur île. Les dieux fâchés avec une pluie diluvienne et des vagues énormes détruiront l’île. Domain est très habile à créer un fond sonore qui sait être joyeux (la soif de découverte), harmonieux (la découverte de l’amour) et dramatique (la destruction de l’île). Cette force je la retrouve dans Arcandia et ses arrangements. Il y a ici aussi la joie liée à la soif d’aventure, le fait d’embarquer au bord d’un navire pour des nouvelles terres. Au tour à tour que l’on évolue dans l’histoire, quand les morsures du froid se font terribles, quand les rencontres deviennent dangereuses la musique sait se rendre rapide, dynamique, puissante. De même alors que l’on découvre les bois (Elvish Woods) ou que l’on apprend la destine de la reine Orania, la musique se fait plus douce, intime, triste et avec des accents folk.

Pour résumer cet album est destiné à un public patient. Il faut du temps pour l’explorer, le connaître, l’apprivoiser. Il faut l’écouter de façon attentive et surtout se laisser transporter dans le merveilleux et dangereux monde d’Arcandia.

Score 10/10







Antonio Pantano – Arcandia (2014)
1.         Intro: March to the Frozen Plain        
2.         Hymn to "Brave"       
3.         Valley of the Dragons            
4.         Icy Tempest (The Epic Frost)           
5.         Heroes of the Mighty Castle              
6.         Furia Divina (King Atheristan VI)    
7.         Orania            
8.         Ancient Folks of the North (Clash of the First Century)       
9.         Elvish Woods            
10.       Born from the Cold    
11.       On Top of the World
12.       Majestic Wind of the Northlands      
13.       Escape from the Frost (Across the Crystal Lake)     
14.       Closing: Return to Summer Lands     
15.       Cooley's Reel - Trad (Neoclassic Guitar Vers.) trad           
16.       DragonVale (RPG vers.)       




Bonus


En regardant de plus près la carte d’Arcandia un détail saute aux yeux : la frozen land ressemble à la côte sud de la Grande Bretagne. Un rapide tour sur metal-archives.com nous permet de trouver qu’Antonio est originaire de Milazzo (Sicile, Italie) et qu’il a obtenu le diplôme de prof de gym à Cambridge en Angleterre en 2010. Voici alors que ces deux éléments nous permettent d’avancer deux hypothèses.

D’abord Antonio connaît l’Angleterre et la ville de Cambridge. Si on prend une carte de l’Angleterre et on la retourne on trouve que Cambridge pourrait être le « small village » de Arcandia et que la ville de Sheffild ou de Nottigham pourraient être celle où est située la Atheristan Fortress.


A gauche une carte de l'Angleterre inversée et à droite celle d'Arcandia


Deuxièmement on pourrait imaginer que le voyage que les protagonistes de Arcandia font depuis le sud et ces terres chaudes (summer lands) vers le nord froid et inconnu (frozen land) c’est aussi le voyage que Antonio a fait dans sa vie réelle depuis le sud (chaud) de l’Italie (la Sicile) vers le nord froid (l’Angleterre et sa ville de Cambridge). De cette expérience physique il y aurait donc une partie de matière qui a germé dans la réalisation de Arcandia.














5 Metallifer Blog: [review] Antonio Pantano – Arcandia (2014) [french] Antonio Pantano – Arcandia (2014) S’il fallait résumer avec une formule le premier album de Antonio Pantano qui se nomme Arca...

No comments:

Post a Comment

< >