Astral Sleep – Visions (2012)


Les finlandais de Astral Sleep viennent de sortir leur nouvel album Visions. Si la tracklist semble plutôt celle d’un Ep il ne faut pas se leurrer. Les maîtres du 'doom metal' proposent quatre titres mais pour une durée d’une heure de musique. Après l’album Unawakening (2008) et l’Ep Angel (2010) la formation remet le couvert avec ce cru 2012 très réussi et sorti via le label Solitude Productions.

Pour une fois j’ai du mal à vous décrire cet album. Pour plusieurs raisons : premièrement Astral Sleep baigne dans le doom metal, c’est évident, mais le groupe ne s’arrête pas là. Il y a des éléments de musique plus classique, guitare sèche, quelques bruitages, un chant ‘harsh’ proche du death metal qui s’alterne à du chant clair, un tempo doom avec quelques accélérations et surtout des atmosphères oniriques. C’est la deuxième raison pour laquelle il est difficile de décrire Visions. Son atmosphère est malsaine avec des ouvertures vers la lumière et la plénitude. 

On trouve une clé pour comprendre cet opus dans quelques lignes du titre Visions :

These visions are full of love and death
I cant tell the good ones from the bad
Sometimes visions of death give hope
When visions of love cause pain

Il s’agit d’une clé possible pour lire l’album. Le narrateur est pris entre un monde de visions, de rêves plutôt de cauchemar et la réalité. Cette alternance d’état conscient et inconscient apparait clairement dans les textes de l’album, dans la musique même et le chant. Voici peut être cet alternance entre chant ‘grunt’ et ‘harsh’ et une voix plus claire qui se montrent pendant tous les titres. De même la noirceur le tempo au ralenti du doom met l’accent sur l’état angoissé du narrateur et où l’on trouve des moments d’apaisement soulignés par certains moments instrumentaux relativement long et la guitare sèche et basse. Le tout est sublime. La réussite de Astral Sleep est l’équilibre. Visions est un album en équilibre entre noirceur, angoisse, désespoir et lumière, joie, espoir. Cet équilibre on le trouve jusqu’au bout de l’album et les dernière lignes laissent présager la résolution du narrateur qui oscillait entre la vie et la mort. Je ne vous dévoile pas la fin évidemment.

La pochette magnifique montre l’ambiance de l’album. Cette cathédrale (symbole de la fois, de la paix, de l’espoir) est verte (couleur de l’espoir) et la porte est ouverte (symbole de l’accueil). Mais cette cathédrale apparaît comme dans un cauchemar car elle n’est pas nette, plutôt infernale. La route qui y mène est rouge comme le sang et les hommes qui y ont accès sont si petits et noirs que l’on dirait des morts ou des damnées. Tout en bas il y a la silhouette d’un homme sur un cerf. Peut être le gardien de ce monde ?

Si on voulait pousser plus loin l’interprétation (mais sans doute je m’égare), la dualité de l’album est donnée encore par deux facteur : le cerf dont on a parlé sur la pochette et l’allusion dans les textes de The Towers au Roi Serpent :

I wrote this part last night with the lizard king
But I no longer remember what he sang to it
I hope that I will see him again
So he would tell me how old is the snake

Le cerf est un animal psychopompe c'est-à-dire qu’il accompagne l’âme du défunt vers l’au-delà. En époque mérovingienne et au Moyen Age on mettait les bois de cerf dans les tombes. De même ses bois qui tombent et qui repoussent sont un symbole de renouvellement de vie et de mort. Deuxièmement le Lizard King est une allusion à Jim Morrison (The Doors) et à l’un de ses thèmes de prédilection notamment Les reptiles, le lac primordial, le cerveau reptilien. Sans rentrer dans les détails, je souligne que le symbolisme du serpent est multiple : symbole du diable et des Enfers (le serpent qui tente Adam et Eve et celui à qui la Vierge écrase la tête) ou encore symbole de mort et de renaissance chez les Grecs à cause de sa mue, de sa peau qui tombe et qui se reforme. Asclépios, le dieu grec de la médecine, tire son nom du serpent.

Astral Sleep signe avec Visions l’album de la maturité. Un album auquel les mots ne savent suffire tellement il est émotionnel. Écoutez Visions, achetez-le et laissez vous envouter par ses notes magnifiques.


Score 9,5 / 10





Astral Sleep – Visions (2012)
1. The Towers           
2. Channel Sleep        
3. Visions       
4. ...They All Await Me When I Break the Shackles of Flesh


Line-up 
Markus Heinonen - Guitar & Vocals
Rolle Heinonen - Guitar
Jaakko Oksanen - Bass
Jiri Pyörälä - Drums


 


No comments:

Post a Comment