Metal, tour d’horizon des cartes imaginaires (part I)




Le metal m’a toujours fasciné et en même temps la littérature fantasy. Je ne suis pas accro, faute de temps, donc mes connaissances ne sont pas énormes. J’ai lu Le Seigneur des Anneaux, Le Hobbit, je me suis attaqué au Silmarillon sans le terminer, j’ai lu aussi Harry Potter (mais je ne sais pas si on peut parler de fantasy à proprement parler), j’ai lu aussi le Cycle Les Fey (Kristine Kathryn Rusch), Les Chroniques du Monde Emergé, Les Légendes du Monde Emergé (Licia Troisi) et je vais attaquer le Cycle d’Elric de Melniboné (Michael Moorcock).

Dans la plupart des cas à coté de l’histoire il y a une carte du monde ou de la région où se déroulent les événements. Et comme la musique est capable de nous transporter dans un autre monde, j’ai toujours trouvé assez intéressant de regarder de plus prés les albums metal qui sont agrémentés de cartes. Plusieurs artistes (pas seulement metal) se sont frottés à mettre en musique des œuvres littéraires. Mais plusieurs artistes ont aussi eu la liberté et le cran d’inventer eux même des sagas qui se déroulent dans des mondes imaginaires. Pour planter le décor ces artistes ont en plus créé eux-mêmes des cartes de ces mondes fantastiques. C’est de ceci que je souhaite parler ici.

Le premier exemple est celui du groupe italien Rhapsody of Fire qui à l’époque se nommait simplement Rhapsody. Ce groupe a imaginé la « Emerald Sword Saga » qui s’articule pendant les cinq premiers albums : Legendary Tales, Symphony of Enchanted Lands, Dawn of Victory, Rain of a Thousand Flames, Power of the Dragonflame. Le héros de l’histoire est le Guerrier de Glace qui part à la recherché de l’épée d’émeraude, la seule arme qui peut tuer le Seigneur Noir Akron.

Le nom du monde inventé est celui d’Enchanted Lands où la ville la plus importante est celle d’Algalord. Cette ville donne le titre aussi de l’histoire : les Algalord Chronicles. Les cartes que je présente ici sont tirées de l’édition limitée de l’album Dawn of Victory.



La première carte montre (presque au centre) la ville d’Algalord et son château. Le trait est assez simple ainsi que la façon dont elle colorée. On trouve facilement la ville d’Ancelot où le Guerrier trouve des ruines et des morts comme marque du passage d’Akron. On trouve aussi facilement la ville d'Elnor, où le Guerrier, aidé par le prince Arwald (rescapé de la tragédie) peut entreprendre la recherche des trois clefs de la sagesse qui ouvriront la voie de l’Epée d’Emeraude. Dans sa quête le Guerrier rencontre le magicien Aresius, le gardien des Portes d'Ivoire, qui donnent accès à une terre merveilleuse. Cette terre merveilleuse est représentée dans la deuxième carte et il est amusant de constater les analogies entre cette carte et celle de Rivendell du Seigneur des Anneaux.


La deuxième carte, la terre merveilleuse



Rivendell, Seigneur des Anneaux

Rivendell



La troisième carte donne une image encore plus vaste des Enchanted Lands où les villes sont marquées en jaune. Le trait est plus fin et le coloriage plus abouti.




Vous pouvez lire le résume de La saga de l’Epée d’Emeraude en cliquant ici Tales from the Emerald Sword Saga (Rhapsody)


(à suivre...)
5 Metallifer Blog: Metal, tour d’horizon des cartes imaginaires (part I) Le metal m’a toujours fasciné et en même temps la littérature fantasy. Je ne suis pas accro, faute de temps, donc mes connaissanc...

No comments:

Post a Comment

< >