20130419

Skelator – Death to all Nations (2010) Review



On peut considérer Death to all Nations, sorti en 2012, comme le premier album studio de Skelator. Car même si le sorti en 2008 l’album Give Me Metal or Give Me Death celui restait disponible seulement en téléchargement depuis le site du groupe. Ensuite Give Me Metal or Give Me Death a été édité en 2012 en K7 via Metal on Metal Records et aussi en 2013 toujours via Metal on Metal Records en cd. On notera toutefois que la K7 et le cd n’ont pas la même tracklist. C’est pour cela que je considère Death to all Nations comme le premier album de Skelator.

Dans la jaquette du cd on peut lire une prophétie :

« There is legend of a champion
Born from a cauldron of molten steel
Wielder of the Dragonblade
Possessor of the Red Omen
Overlord to his mighty army,
The warriors of genocide.

He is the King of fear
And he will not stop
Until the race of man is no more.
If ti means the destruction
Of the entire world… so be it!

In the name of Skelator
By the Elder Gods of Metal
Death by the Iron Hand! »


Cette prophétie fait écho avec les titres Skelator et The Skelatorian Manifesto qui figurent sur l’album Give Me Metal or Give Me Death. On découvre alors que Skelator est en réalité une sorte de Skeletor de Masters of the Universe mais en plus méchant. Il s’agit du dieu de metal qui a pour but l’annihilation des hommes. Il veut dominer et étendre son royaume. Coté songwriting, Skelator aime multiplier ses sources et on peut trouver ainsi Le Seigneur des Anneaux (For Death and Glory), le jeu vidéo Castelvania (Symphony of the Night), et l’histoire avec la bataille d’Azincourt (Victory (Henry V) ou les raids des vikings (Circle of Bloodshed). De plus le morceau (Victory (Henry V) présente dans ses textes un extrait de  l’acte 4 de la scène 3 du Henry V de Shakespeare.

« He who hath no stomach to this fight let him depart […]
For we would not die in that man's company […]
We few, we happy few, we band of brothers […]
For he today that sheds his blood with me
Shall be my brother […]
»
Shakespeare, Henry V, Act 4, Scene 3


Skeletor by Dave Rapoza


Musicalement Skelator évolue dans un heavy metal plutôt puissant, du power metal metal (sans claviers !) qui flirte par moments avec le thrash. Si vous prenez la NWOBHM et vous accélérez et endurcissez le tempo vous aurez une idée de la musique de Skelator. Les deux guitares de Robbie Houston (Guitar of Power) et de Rob Steinway (Guitar of Glory) sont puissantes en phase rythmique et en solo ils évoluent souvent sous forme de «twin guitars » aux accents Judas Priest ou Iron Maiden. Le chant de Jason Conde-Houston  (Larynx of Doom) est souvent aiguë et parfois lance des cris suraigües qui peuvent faire penser à Rob Halford ou Tim « Ripper » Owens et très souvent dans un registre à la Michael Kiske période Keeper of the Seven Keys. Du pur bonheur, d’autan plus que la production est bien soignée et l’on peut apprécier aussi l’apport de Zach Palmer  (Bass of Tyranny) et de Patrick Seick (Drums of War) surtout pendant les duels de guitare. Il faut citer que le titre Stand Up (For Rock and Roll) est dédié à la mémoire de Ronnie James Dio (RIP 16/05/2010).

Si vous aimez des groupes comme Iron Maiden, Saxon, Blitzkrieg, Angel Witch, Dio, Judas Priest, Crimson Glory, Running Wild, Grave, Helstar, ce Death to all Nations est l’album qui fait vous. Skelator propose des titres heavy lourds, dynamiques, inspirés et terriblement efficaces qui une fois sur votre platine feront votre bonheur.


Score 9,5/10



Artwork Sean McGrath

Skelator – Death to all Nations (2010)
1. Birth of Steel         
2. The Truth    05:01     
3. Victory (Henry V)  
4. Circle of Bloodshed          
5. Symphony of the Night       
6. For Death and Glory          
7. Stand Up (For Rock and Roll)      
8. Death to All Nations






Line up
Jason Conde-Houston - Larynx of Doom
Patrick Seick - Drums of War
Robbie Houston - Guitar of Power
Rob Steinway - Guitar of Glory
Zach Palmer - Bass of Tyranny

Mercenary forces on this album
Erik Hansen – Guitar of Terror
(on “Circle of Bloodshed” and “Symphony of the Night”)

Nihilist
Cries of the Undead
(on “Symphony of the Night”)

 
Cd et boîtier avec le texte de la prophétie

livret

retro du boîtier et du livret





 

20130417

Soliloquium - The concept of escape (Ep 2013) review


Les suédois de Soliloqium ont sorti leur nouvel Ep The concept of escape le 26 mars dernier. Cet Ep succède à la démo When Silence Grows Venomous de 2012. A l'origine de Soliloquium on trouve Stefan Nordström etJonas Bergkvist du groupe Desolator (sous label Hellthrasher Productions) et Ending Quest. A la batterie il y a Mortuz connu aussi pour son travail dans le groupe black metal Mist of Misery. Les trois titres sont très agréables à l'écoute et on decouvre un mélange de doom et de death metal. Le doom reste en tout cas prédominant et les accélerations death ne sont jamais vraiment rapides ou surchargées. L'alternance du chant clair et grawl est savament dosée et donne vraiment du rélief aux titres. On pourrait definir le groupe comme la croisée de Paradise Lost et de Candlemass avec en plus une bonne dose d'originalité. Le plus de cet Ep c'est le coté 'progressif' ou 'atmosphérique' qui par touches donne de la profondeur et de la mélancolie à l'ensemble. On trouve des ouvertures similaires avec un autre artiste Cathis Ord et son album The far shore.

score 8,5/10 

L'Ep est en téléchargement gratuit depuis le Bandcamp du groupe.


Soliloquium - The concept of escape (Ep 2013)  
1. Crossroads
2. Remnants of Dying Dreams
3. Nighttime Revelations






Sacred Gates - Tides of War (2013) détails, video, streaming

(Cover art by J.P. Fournier)

Le 19 avril les allemands de Sacred Gate sortiront leur deuxième album Tides of War via Metal on Metal Records. Il s'agit d'un concept album inspiré à la Bataille des Thermopiles où 300 Spartians se sont opposés à l'invasion de la Grèce opéré par les Persans. De suite vous trouverez les détail de l'album ainsi qu'une vidéo promotionnelle et trois titres en écoute.



Sacred Gates - Tides of War (2013)
1. The Coming Storm
2. The Immortal One
3. Tides of War
4. Defenders (Valour Is in Our Blood)
5. Gates of Fire
6. Never to Return
7. The Final March
8. Spartan Killing Machine
9. Path to Glory
10. The Battle of Thermopylae










De plus pendant l'enregistrement de l'album Sacred Gate a joué une cover de Manowar Warriors of the World tirée de l'album homonyme de 2002.

20130412

Agitador - Sangre y Fuego (2013) Des titres en écoute


Les argentins de Agitador sortent leur nouvel album (sous forme d'autoproduction) après 10 ans de silence. L'album se nomme Sangre y Fuego et trois titres sont disponibles en écoute.



Agitador - Sangre y Fuego (2013)
1. Sangre y Fuego
 
2. Aliado al Heavy Rock
 
3. Gladiador
 
4. Desde Hoy
 
5. Plaga Social
 
6. Zona de Miseria
 
7. Sobre el Final
 
8. Solo Motociclistas
 













Facebook
Soundcloud

20130410

A Sound of Thunder - Queen of Hell photos du cd avec dedicace !


J'avais commandé l'Ep Queen of Hell du groupe américain A Sound of Thunder sur la page Bandcamp du groupe et aujourd'hui j'ai reçu ma copie phisique avec dedicace des membres du groupe. J'en suis ravi et je publie les photos. 

Vous pouvez lire la chronique ici : A Sound of Thunder - Queen of Hell (review)


Mot de remerciement qui accompagne le CD

Pochette du CD signée par le groupe : Chris Haren (bass), Josh Schwartz (guitars), Nina Osegueda (vocals) et Jesse Keen (Bass, Keyboards)


Layout du CD



20130409

Metal, tour d’horizon des cartes imaginaires (part I)




Le metal m’a toujours fasciné et en même temps la littérature fantasy. Je ne suis pas accro, faute de temps, donc mes connaissances ne sont pas énormes. J’ai lu Le Seigneur des Anneaux, Le Hobbit, je me suis attaqué au Silmarillon sans le terminer, j’ai lu aussi Harry Potter (mais je ne sais pas si on peut parler de fantasy à proprement parler), j’ai lu aussi le Cycle Les Fey (Kristine Kathryn Rusch), Les Chroniques du Monde Emergé, Les Légendes du Monde Emergé (Licia Troisi) et je vais attaquer le Cycle d’Elric de Melniboné (Michael Moorcock).

Dans la plupart des cas à coté de l’histoire il y a une carte du monde ou de la région où se déroulent les événements. Et comme la musique est capable de nous transporter dans un autre monde, j’ai toujours trouvé assez intéressant de regarder de plus prés les albums metal qui sont agrémentés de cartes. Plusieurs artistes (pas seulement metal) se sont frottés à mettre en musique des œuvres littéraires. Mais plusieurs artistes ont aussi eu la liberté et le cran d’inventer eux même des sagas qui se déroulent dans des mondes imaginaires. Pour planter le décor ces artistes ont en plus créé eux-mêmes des cartes de ces mondes fantastiques. C’est de ceci que je souhaite parler ici.

Le premier exemple est celui du groupe italien Rhapsody of Fire qui à l’époque se nommait simplement Rhapsody. Ce groupe a imaginé la « Emerald Sword Saga » qui s’articule pendant les cinq premiers albums : Legendary Tales, Symphony of Enchanted Lands, Dawn of Victory, Rain of a Thousand Flames, Power of the Dragonflame. Le héros de l’histoire est le Guerrier de Glace qui part à la recherché de l’épée d’émeraude, la seule arme qui peut tuer le Seigneur Noir Akron.

Le nom du monde inventé est celui d’Enchanted Lands où la ville la plus importante est celle d’Algalord. Cette ville donne le titre aussi de l’histoire : les Algalord Chronicles. Les cartes que je présente ici sont tirées de l’édition limitée de l’album Dawn of Victory.



La première carte montre (presque au centre) la ville d’Algalord et son château. Le trait est assez simple ainsi que la façon dont elle colorée. On trouve facilement la ville d’Ancelot où le Guerrier trouve des ruines et des morts comme marque du passage d’Akron. On trouve aussi facilement la ville d'Elnor, où le Guerrier, aidé par le prince Arwald (rescapé de la tragédie) peut entreprendre la recherche des trois clefs de la sagesse qui ouvriront la voie de l’Epée d’Emeraude. Dans sa quête le Guerrier rencontre le magicien Aresius, le gardien des Portes d'Ivoire, qui donnent accès à une terre merveilleuse. Cette terre merveilleuse est représentée dans la deuxième carte et il est amusant de constater les analogies entre cette carte et celle de Rivendell du Seigneur des Anneaux.


La deuxième carte, la terre merveilleuse



Rivendell, Seigneur des Anneaux

Rivendell



La troisième carte donne une image encore plus vaste des Enchanted Lands où les villes sont marquées en jaune. Le trait est plus fin et le coloriage plus abouti.




Vous pouvez lire le résume de La saga de l’Epée d’Emeraude en cliquant ici Tales from the Emerald Sword Saga (Rhapsody)


20130408

Metal Law – Lord of Evil (Ep 2013)



Metal Law - Lord of Evil (Ep 2013)
Les allemands de Metal Law ont mis en ligne en téléchargement gratuit l’Ep Lord of Evil. Cet Ep est une bonne amuse bouche en attendant la sortie du prochain album via Metal on Metal Records. En effet le précédent album Lawbreacker datait de 2008 et on sait bien qu’aujourd’hui il faut rester actif pour susciter toujours l’intérêt des fans. Si la tracklist affiche trois titres en réalité lors du téléchargement les titres This Dream et Lord Of Evil sont bien séparés donc au compteur on peut citer quatre titres.

This Dream est une intro plutôt tranquille, voix posée, guitare mélodique et pas de batterie. Et puis Lord Of Evil démarre avec force et son heavy metal bien rapide et le riff principal d’inspiration « manowarienne ». La voix de Karsten Degling rappelle celle d’Eric Adams et si on écoute de plus près le riff on reconnait une certaine similitude avec le titre Hail and Kill de Manowar. Similitude juste, ou clin d’œil si l’on préfère. Un joli break central dynamise ce titre plutôt réussi.
Hellride Through Steel est encore un titre rapide où le refrain met encore plus en lumière la filiation de Metal Law envers Manowar. Le tout est rehaussé par une guitare à la NWOBHM qui rend le morceau vraiment sympathique à écouter. En effet on pourrait définir Metal Law comme un croisement entre Manowar et Iron Maiden ou Avenged Sevenfold pour les guitares.
Thundergod est un titre heavy et épique à souhait où l’on perçoit encore une fois un clin d’œil à Manowar et au titre Thor (The Powerhead) tiré de l’album Sign of the Hammer.

Pour conclure cet Ep Lord of Evil est un joli cadeau que Metal Law fait à tous ses fans en attendant le prochain full lenght.

Score 8/10




Metal Law – Lord of Evil (Ep 2013)
1. This Dream / Lord Of Evil            
2. Hellride Through Steel      
3. Thundergod            
                        

Line up
Karsten Degling - Vocals, Guitars
Christoph Kleinwächter - Bass
Maximilian Schulz - Drums
Nicolas Rotter  -Guitars

On the web